Ma vie avant la France…

Oh pu**** 11 ans!!! Oui, ca fait 11 ans que je suis rentré en France et que depuis je n’ai plus changé de pays. J’allais dire déménager mais entre temps j’ai quand même fait 2 déménagements, toujours sur la région lilloise par contre.

Mais ou étais-je avant? J’ai eu la chance, et le plaisir de pouvoir habiter plusieurs années en Angleterre, et ce sur plusieurs périodes.

Cette expérience de la vie à l’étranger (enfin, de l’autre coté du tunnel quoi), avant toutes les histoires de Brexit, m’a apporté énormément.

Premièrement, j’étais jeune, avide d’apprendre et d’aventures. Et donc, j’ai appris et j’ai expérimenté.

Deuxièmement, j’ai vécu le management par le “non-stress”, les transformations continuelles liées aux startups et à la bulle internet…

Bon, c’est bien beau (et très imprécis), tout ca, mais ca apporte quoi dans un site sur l’agilité et le serious gaming? Tout en fait.

Je sais ce que c’est que le management à l’anglaise (ou anglo-saxonne) et j’avoue que du fait je me rebiffe facilement contre le management à la française (dit par le stress).

J’ai travaillé dans un cadre où fun et sérieux étaient intimement liés, et de ce fait, je ne vois pas d’opposition dans le terme “serious game”.

Je sais aussi l’importance que peut avoir l’environnement de travail sur la vie future d’un jeune travailleur. Je sais enfin, ce que chaos et incertitudes font à nos motivations et joie de vivre…

Bon, je sais aussi qu’il existe une énorme différence culturelle entre UK et France. D’un coté, les sorties au pub, entre collègues, sont monnaie courante et mènent souvent à de vraies camaraderies, sans aller jusqu’à l’amitié pour autant, car on entre assez difficilement dans le cercle privé d’un anglais. D’un autre coté, je sais ce que ca fait que d’être reçu chez un collègue français et que de rencontrer sa famille.

La vie anglaise me manque-t-elle? Oui et non. J’aimais pouvoir passer des heures avec mes collègues au pub à discuter sur des sujets non professionnels, mais j’aimais moins avoir un chez moi qui ne voyait que très très rarement d’autre que moi.

Ici, j’ai pu fonder une famille, retrouver des amis qui passent à la maison mais aussi, je bénéficie de cette étrangeté d’avoir vécu outre manche qui semble parfois me permettre d’amener cette petite différence qu’on attend d’un coach.

Vous voulez en savoir plus sur mes aventures anglaises? N’hésitez pas à m’en parler la prochaine fois qu’on se croisera, elles regorgent d’anecdotes 😛

Leave a Reply