Une formation qui déforme?

J’ai eu la chance, hier, de participer à un événement organisé par Hémisph4ire et la Catho de Lille: Mosaic 2019.

Je remercie Jean-Charles Calliez de m’avoir envoyé le programme et à Nextoo de m’avoir permis de m’y inscrire. Je n’ai malheureusement pas pu faire l’intégralité du programme car mon agenda était bien chargé, mais j’ai pu participer à la journée du 14 Mai.

J’ai donc eu la possibilité de faire 2 ateliers: Ecoute Empathique et Bouffons à la manière du Cirque du Soleil.

L’écoute empathique

Depuis quelques temps nous entendons parler de Communication Non Violente (CNV) qui se base entre autre sur l’approche rogerienne de la communication (3 parties: l’empathie, la congruence et l’acceptation inconditionnelle), met en avant la congruence.

L’écoute empathique met donc en avant l’empathie… Je ne vous referais pas le cours ici, mais en gros, l’écoute empathique demande à ce qu’on mette le soi en dehors de la conversation. Ca demande même limite qu’on ne soit pas en mode conversation mais en mode écoute pure, avec de temps à autre une relance du sujet mais en une reformulation de ce que la personne projette (attention à ne pas confondre avec l’écoute active).

J’ai longtemps essayé de comprendre en quoi l’écoute empathique pouvait nous servir, à nous les adeptes ou débutants en CNV, et ce n’est que vers la fin que j’ai enfin compris: avant de pouvoir demander à quelqu’un de rentrer en CNV, et donc d’être dans la congruence (centré sur le “soi”), il peut être utile de lui fournir une oreille attentive au “lui”. Et ensuite, la CNV sera d’autant plus efficace.

J’imagine que d’aucun analyserait aussi ces deux outils comme étant à utiliser en fonction du contexte, et je suis entièrement d’accord… cependant, n’étant pas encore dans le Ha ou le Ri du ShuHaRi de la communication, j’avais besoin de me faire ma propre idée 😀

Merci Annie GIREAU-GENEAUX

Bouffons à la manière du Cirque du Soleil

WOW!!! C’est ce qui me vient tout de suite en tête quand je repense à cet atelier (d’hier après midi, donc encore frais). Outre le fait qu’une chute en arrière m’ai provoqué un bleu que je sens encore au postérieur, je ne m’attendais pas à vivre ce que j’ai vécu.

Massimo Agostinelli est tout un personnage, passionnant en dehors de l’atelier, j’ai eu la chance de pouvoir échanger avec lui durant l’heure du repas, il devient hypnotisant durant son show.

Certes, voir une cinquantaine d’adultes se recroqueviller en bouffons, s’insulter à hautes voix, cracher, est peu commun, mais l’intensité de l’effort demandé l’est encore moins.

Je ne veux pas trop en dire sur l’atelier, j’espère que vous le vivrez un jour, mais être capable, sur 3 heures, de lâcher prise, de se moquer du ridicule que nous projetons individuellement, de travailler en équipe, de ne plus se soucier de son apparence… ca n’a pas vraiment de prix.

Les enseignements de cet atelier sont particulièrement individuels, personnellement ca me conforme dans le fait de ne pas avoir peur d’essayer, de ne pas avoir peur du ridicule et de faire les efforts nécessaires pour toujours être plus sur de moi, mais son langage est universel.

Vous me proposez de refaire l’atelier demain avec Massimo? Sans souci, et tous les jours si vous voulez 😉

Leave a Reply